Publicité

sante-dz - Actualités - Un test sanguin détecte 8 types de cancers avant l'apparition des symptômes

Un test sanguin détecte 8 types de cancers avant l'apparition des symptômes

Un test sanguin détecte 8 types de cancers avant l'apparition des symptômes

Des chercheurs de l'Université Johns Hopkins (Baltimore, États-Unis) ont mis au point un test sanguin qui dépiste huit types de cancer courants et détermine le tissu de l’organisme qui est affecté. Ces 8 types de cancers sont responsables de 60 % des décès par cancer aux États-Unis.

Le test, appelé CancerSEEK, analyse 8 protéines liées au cancer et 16 mutations génétiques à partir de l'ADN circulant dans le sang.

Nickolas Papadopoulos et Joshua Cohen ont, avec leurs collègues, évalué le test avec 1005 personnes ayant des diagnostics des cancers de stades 1 à 3 (sans métastases) des ovaires, du foie, de l'estomac, du pancréas, de l'œsophage, du côlon-rectum, du poumon ou du sein.

La sensibilité globale du test (la capacité de trouver le cancer) était de 70 % et variait de 98 % pour le cancer de l'ovaire à 33 % pour le cancer du sein. Pour les cancers des ovaires, du foie, de l'estomac, du pancréas et de l'œsophage, la sensibilité variait de 69 à 98 %.

La spécificité du test était de plus de 99 %, c'est-à-dire qu'il produit très peu de faux positifs. Utilisé avec 812 personnes en santé, il n'a produit que 7 résultats positifs erronés.

Les chercheurs ont notamment eu recours à l'apprentissage machine (intelligence artificielle) pour la détermination de la location des tumeurs. Celle-ci était identifiée dans 83 % des cas.

En collaboration avec Johns Hopkins, le Geisinger Health System en Pennsylvanie a déjà commencé à utiliser CancerSEEK sur des échantillons de sang prélevés chez des femmes volontaires âgées de 65 à 75 ans qui n'ont jamais eu de cancer. L'étude de 50 millions de dollars, d'une durée de cinq ans, portera sur jusqu'à 50 000 femmes.

« Pour celles obtenant deux fois des résultats positifs, la prochaine étape sera l'imagerie afin de repérer la tumeur. Mais cela soulèvera les mêmes questions que d'autres tests de dépistage », souligne un article éditorial de la revue Science. « Est-ce que le test détectera de petites tumeurs qui ne se développeraient jamais assez pour causer des problèmes, mais qui seront traitées de toute façon, entraînant une anxiété, des coûts et des risques inutiles ? Papadopoulos pense que le problème est gérable parce qu'une équipe d'experts évaluera chaque cas. “Ce n'est pas une problématique de surdiagnostic, mais de surtraitement », dit-il.

Les chercheurs prévoient que le test coûtera éventuellement moins de 500 $.

Plusieurs autres équipes travaillent sur le développement de tests sanguins (qualifiés de « biopsies liquides ») pour le dépistage de différents cancers, dont une équipe française et la société Grail notamment financée par le cofondateur de Microsoft, Bill Gates, et le fondateur d'Amazon, Jeffrey P. Bezos.


Publicité
Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site, mais nous ne sauvegardons pas de données personnelles. Continuer.