Publicité

sante-dz - Conseils - Le bégaiement ou dyslalie, c'est quoi ?

Le bégaiement ou dyslalie, c'est quoi ?
  • Article

Le bégaiement ou dyslalie, c'est quoi ?

Artikulace konstriktiv

Praxis für Logopädie

Artikulace konstriktiv

L’être humain est un être social : il ne peut vivre qu’en société. La parole, ou communication verbale, est l'outil fondamental de transmission des idées et d'organisation des relations, prenant la forme d'un langage articulé d'un niveau spécifique à l'humain. Le but de la communication est d'informer les êtres sur l'état d'un des membres de la communauté et sur l'état du milieu environnant. La communication existe aussi bien chez l'homme que chez les animaux ou les plantes. Cette  communication entre espèces peut se faire par signaux chimiques, visuels, électriques, sonores etc. Chez l'homme la communication passe par le langage verbal (paroles, phrases) mais aussi non verbal (gestes, intonations des phrases, positions du corps etc.). Si le langage verbal est normalement conscient, le langage non verbal est la plupart du temps l’expression de l’inconscient et est d’ailleurs la plupart du temps perçu non par le conscient de son interlocuteur, mais par son inconscient, donnant par la même le sens du message conscient (un “oui” avec le sourire possède un sens différent d’un “oui” avec un air renfrogné).Le langage est donc un processus permettant la communication parmi les membres du groupe utilisant les mêmes signes d’expression. Il nous informe sur la société qui l’utilise.

Les animaux possèdent le langage, qui semble inné chez eux. Chez l’homme, l’acquisition du langage doit faire l’objet d’un apprentissage qui dépend beaucoup de la maturation psychique et sociale de l’enfant. Le langage s’acquiert par imitation des signaux auditifs entendus, ce qui explique les difficultés graves de l’enfant sourd pour apprendre à parler. Enfin, le langage constitue le fondement essentiel de la socialisation, de l’influence et de l’adaptation.

Le bégaiement est l'incertitude d'être capable de dire la syllabe voulue, au moment voulu, et de la durée voulue. Il  peut se manifester dans la répétition d'une syllabe (façon la plus connue), en tirant sur les mots ou en ne pouvant pas dire la phrase, le mot (ou une partie de celui-ci) au moment voulu. Des tensions musculaires peuvent aussi accompagner le bégaiement : spasmes respiratoires et/ou mouvements involontaires du visage et du corps. Le bègue peut également user de périphrases, conscient de sa difficulté voire de son impossibilité à dire le mot ou la syllabe voulue. Le bégaiement est unproblème de communication, pas seulement un problème d'élocution ou de langage. C'est le fait d'interrompre la parole ou de changer la façon naturelle de l'exprimer. Seul ou se sentant seul, le bègue ne bégaie pas. Il s'agit donc bien d'un trouble de la communication. Le bégaiement peut faire suite à un retard du langage et "se contracte" vers l'âge de 2 à 6 ans. Ce trouble de l'élocution peut être favorisé par un contexte affectif difficile.

Selon les circonstances, une même personne peut être parfaitement "fluide" (interlocuteur connu, cadre agréable) et bégayer lourdement, quelques minutes après. Parfois ce n'est pas tellement la phrase qui pose problème au bègue, doté des mêmes cordes vocales qu'un autre humain, mais également et surtout les circonstances dans lesquelles il veut la dire. Le bégaiement se manifeste différemment selon la personne et la situation. Cela peut avoir des origines diverses dues à des causes psychologiques : choc émotionnel, environnement stressant, etc... Certains travaux laissent penser que les facteurs déclenchants pourraient aussi être d'ordre non-psychologiques : génétique, malformations physiologiques... Les manifestations qui en résultent sont notamment une mauvaise respiration, le blocage de certains muscles (bouche, gorge) et un diaphragme en conflit.

Le bègue peut révéler des symptômes psychologiques comme une anxiété profonde, une hyperémotivité, des troubles vasculaires et sécrétoires comme l'hypersudation, la rougeur.

Les personnes souffrant du bégaiement se sont souvent elles-mêmes limitées dans leur développement et leur façon de vivre : études, travail, relations humaines. C'est un handicap non visible quand on ne parle pas, mais combien lourd à porter. Considérant leur problème comme majeur, elles ont souvent un complexe de sous-estimation de soi et se sont construites un scénario de vie pas très prometteur. Elles sont quelquefois frustrées, victimes de leur vécu, des souffrances et des moqueries qu'elles ont dû endurer.

Le bégaiement est un problème complexe qui toucherait 1 %  de la population .La plupart des bègues en sont atteints dès leur prime enfance, néanmoins des adultes peuvent en souffrir après un accident ou un choc émotionnel, alors qu'ils n'ont jamais bégayé auparavant.

Le bégaiement, à lui seul, représente environ la moitié des cas de dyslalies.

Les différents types de bégaiement

  •  Le bégaiement clonique est caractérisé par une répétition du premier phonème d'un mot, généralement le premier de la phrase ;
  •  Le bégaiement tonique rend difficile la prononciation de certains mots ;
  •  Le bégaiement tonico-clonique est une combinaison des deux types de bégaiement précédents ;
  •  Le bégaiement par inhibition rend le sujet inerte après qu'on lui pose une question. Ce blocage se rencontre au début et pendant le discours, le sujet présentant alors un moment d'absence, avant de reprendre la conversation.

Si le bégaiement est un problème de communication (dyslalie d’origine psychologique), d'élocution et de langage, la dyslalie peut se définir comme la difficulté à prononcer certains mots à la suite d'une malformation ou d'une lésion de l'appareil permettant normalement la prononciation (dyslalies d’origine organique).

La dyslalie est un trouble moteur de l'articulation, qui rend difficile la prononciation de certains phonèmes.

Le bégaiement ou dyslalie,c'est quoi ?

Sprachtherapie

Le bégaiement ou dyslalie,c'est quoi ?

  •  La dyslalie infantile. C’est la dyslalie fonctionnelle, la plus fréquemment rencontrée. Le jeune enfant, âgé de moins de quatre ans, connaît beaucoup de problèmes d'articulation, surtout sur les phonèmes difficiles. Cependant, avant cet âge, ces dyslalies sont dites physiologiques puisqu'elles font partie du processus d'apprentissage du langage. La dyslalie devient pathologique si l'enfant âgé de plus de quatre ans continue à avoir des problèmes d'articulation.
  •  Les Infirmes Moteur Cérébraux (IMC) sont parfois sujets aux dyslalies. Celles-ci proviennent des difficultés musculaires de l'articulation. Le timbre de la voix de l'IMC est généralement rauque, avec une tonalité décalée vers les sons aigus. L'IMC a souvent beaucoup de mal à tenir une tension importante des cordes vocales, car celles-ci sont parcourues de spasmes incomplets. Pour faciliter la prononciation, le sujet peut avoir tendance à ajouter des voyelles ou des consonnes devant les mots, rendant l'articulation plus aisée. Certains phonèmes difficiles à prononcer tendent à être omis.
  •  Les malformations des organes phonateurs.
  1.  Les lèvres : Les malformations labiales ne gênent généralement pas l'articulation dans des proportions très importantes. Elles sont souvent compensées par un positionnement différent des organes. Les phonèmes touchés seront ceux qui font intervenir un contact bilabial ou labio-dental. Ces malformations peuvent être constatées après une chirurgie, créant une encoche qui peut être plus ou moins latéralisée.
  2.  La langue : est l’organe essentiel de la phonation. Sa grande mobilité est à l'origine de la production d'un grand nombre de sons. Certaines anomalies de la langue n'ont que très peu de conséquences sur l'articulation. C'est le cas de la division de la pointe de la langue , la brièveté du frein, qui est très facilement opéré , les kystes sur la langue ou le plancher buccal , la macroglossie des sujets atteints de trisomie 21.
  •  Le palais : La forme du palais joue sur le timbre de la voix. Si celui-ci est trop profond, ou s'il est trop bas, la voix est modifiée et l'articulation peut être rendue plus difficile.
  •  Les fentes palatines : Les malformations du voile du palais sont généralement des insuffisances vélaires. Le voile est trop court, ou le cavum est trop profond, ce qui a tendance à révéler un nasonnement, et une rhinolalie ouverte. La rhinolalie ouverte est caractérisée par une déperdition importante de l'énergie vocale dans les fosses nasales, pour les phonèmes qui n'empruntent normalement pas ces voies. Il en résulte une voix de faible intensité.
  •  La rhinolalie fermée est assez caractéristique. La voix qui en résulte donne l'impression de nez bouché.                          

Prise en charge thérapeutique du bégaiement 

Le bégaiement pèse sur la vie entière d'une personne. L'état actuel des connaissances ne permet pas à la science de proposer des solutions ou remèdes efficaces à 100 %.

Les dyslalies d’origine organique sont du ressort du chirurgien pédiatre, du chirurgien maxillo-facial et du chirurgien dentiste ainsi que de l’orthophoniste.

Le zézaiement qui est le plus souvent associé à un problème de déglutition et de succion du pouce, nécessite pour son traitement :

  •  La suppression des biberons,
  •  Le remplacement de la succion du pouce ou de la tétine par un autre moyen, permettant ainsi une déglutition plus normale.
  •  Quelques séances d’orthophonie (correction des troubles du langage parlé et écrit) pour faciliter l’apprentissage du positionnement de la langue au moment de la prononciation des mots.

Les bègues pourront, en règle générale, être pris en charge par une équipe pluridisciplinaire, composée d'orthophonistes et de psychologues, surtout chez l'adolescent et l'adulte, où l'impact psychologique du bégaiement est très important. L'orthophonie chez le bègue peut n'avoir aucun effet si celui ci s'exprime sans défaut dans les cas ou il se sent seul : une thérapie plus "psychologique" sera plus efficace si le bègue est réellement demandeur.

L'orthophoniste est le spécialiste normalement chargé de réduire ces troubles, par la mise en place de séances de rééducation. Les exercices orthophoniques portent sur l'articulation, la signification des mots, l'orthographe et l'organisation des phrases.

En cas d’échec de l'orthophonie classique, diverses autres méthodes ont été proposées :

  •  la stimulation auditive par appareils modificateurs de l’écoute
  •  approches insistant sur la relaxation et la respiration.
  •  Le SpeechEasy, oreillette numérique sans fil ; promet de mettre un terme au bégaiement d’une manière instantanée. C’est  est une aide auditive numérique qui utilise le retour auditif retardé et une modification fréquentielle (Delayed Auditory Feedback (DAF) et Frequency Altered Feedback (FAF)). Il est depuis longtemps reconnu que beaucoup de personnes qui bégaient, pas toutes, ont connu des améliorations de leur fluence verbale en parlant avec le DAF et le FAF. La raison précise de cette amélioration de fluence n'est pas claire du tout. De nombreux dispositifs facilitant la fluidité de la parole ont été développés sur les 50-60 dernières années. On compte notamment le Edinburgh Masker et le Fluency Master. Le SpeechEasy reprend ces technologies pour apporter le DAF et le FAF dans un appareil miniaturisé. Commercialisée aux USA depuis 2001 et depuis cette année en France, « l’oreillette permet au bègue d’écouter ce qu’il est en train de dire avec un petit retard, et une fréquence plus grave ou plus aiguë, au choix. Concentré sur ce que lui retransmet l’appareil, il ralentit son débit, sa parole devient plus fluide… il ne bégaie plus ».En France, il faudra débourser « 4 500 euros non remboursés par la Sécu ». Sera-t-elle commercialisée dans notre pays ? et à quel coût ?

Le SpeechEasy

SpeechEasy

Quelques définitions :

  •  Chuintement : Défaut de prononciation se caractérisant par la substitution du son ch. à la lettre s.
  •  Dysphémie : Prononciation difficile des mots ne s'expliquant pas par une lésion des organes de la phonation.
  •  Gammacisme : Défaut de prononciation se caractérisant par la difficulté voir l'impossibilité de prononcer la lettre g.
  •  Phonation : ensemble des mécanismes permettant de produire des sons et la voix par les organes vocaux (larynx).
  •  Lalopathie : Terme désignant l'ensemble des défauts relatifs à l'utilisation des mots parlés ou écrits résultant d'une déformation quant à la prononciation des mots.
  •  Mytacisme : Défaut de prononciation consistant à remplacer les lettres b, m, et p à d'autres lettres.
  •  Orthophonie : L'orthophonie est le traitement des défauts de l'élocution et de la prononciation.
  •  Phonème : plus petite unité discrète ou distinctive (c'est-à-dire permettant de distinguer des mots les uns des autres) que l'on puisse isoler par segmentation dans la chaîne parlée.
  •  Zézaiement : Défaut de prononciation d’une personne qui zézaye, c’est-à-dire qui prononce le son [s] comme étant [z], le son je comme [s] ou le son [ce] comme [z].

Quelques bègues célèbres

  •  Aristote (Philosophe)
  •  Bruce Willis (acteur)
  •  Winston Churchill (Premier ministre)
  •  Charles Darwin (scientifique, auteur de l’évolution des espèces)
  •  Albert II (Prince de Monaco)
  •  Georges Clemenceau (homme politique français)
  •  Gérard Depardieu (Acteur français)
  •  Julia Roberts (Actrice américaine)
  •  Boris Becker (Tennisman)
  •  Albert Einstein (physicien, auteur de la théorie de la relativité)
  •  Anthony Quinn (Réalisateur, producteur et acteur américain)
  •  Marylin Monroe (célèbre actrice américaine)
  •  Napoléon 1er (empereur de France)
  •  John Scatman (Chanteur)
  •  Isaac Newton (physicien)
  •  Théodore Roosevelt (président des USA )


Sur le même thème


Publicité
Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site, mais nous ne sauvegardons pas de données personnelles. Continuer.