Publicité

sante-dz - Conseils - Rondeurs et fécondité

Rondeurs et fécondité
  • Article

Rondeurs et fécondité

Les rondeurs féminines symbolisent la fécondité. Ce sont les oestrogènes, hormones sexuelles féminines, qui favorisent le stockage des graisses dans la poitrine, les hanches, les cuisses et les fesses. La maigreur provoque parfois des troubles des cycles menstruels.

La grossesse demande beaucoup d'énergie : la femme dépense entre 50 000 et 80 000 calories par jour pour mettre au monde un enfant viable et 500 à 1000 calories par jour pour l'allaiter. Les graisses représentent, chez la femme, plus du quart de son poids, c'est-à-dire environ 16 Kg ; cette réserve adipeuse correspond à la dépense d'énergie pendant la grossesse et durant trois mois d'allaitement. Par contre, chez l'homme, les graisses ne représentent que 12 à 14% du poids corporel. Une étude (Scientific American- Mai 1988) a démontré que le premier cycle menstruel n'apparaissait que lorsque les adolescentes atteignaient à peu près le même poids moyen (environ 47 Kg). En général, une jeune fille de 15 ans, mesurant 1,65 mètre, par exemple, doit peser plus de 44 Kg pour que ses premières règles apparaissent. Par la suite, pour que les cycles soient réguliers, la masse graisseuse doit être supérieure à celle de la puberté (+ de 18 ans, 1,65 mètre, + de 49 Kg).Entre le premier cycle et 18 ans, les jeunes filles fixent environ 4,5 Kg de graisses ce qui représente pour la masse totale environ 28% du total corporel. Ces valeurs sont différentes chez les femmes sportives et très musclées car la masse musculaire pèse lourd et est très hydratée (80% d'eau) et la proportion de graisses est faible, même lorsque le poids est normal pour la taille. La graisse intervient dans le stockage des hormones sexuelles et agit sur la concentration et l'activité des oestrogènes présents dans le sang. Un régime amaigrissant très sévère peut donc perturber le cycle et conduire à la stérilité. Des études ont démontré que la fonction hypothalamique était perturbée chez les sportives et les femmes trop maigres. L'homme dépend également de sa masse graisseuse, s'il maigrit trop et est mal nourri, il perd de sa fécondité. Au début de l'amaigrissement, il y a diminution de la libido, s'il persiste, le liquide prostatique diminue et les spermatozoïdes perdent leur mobilité et leur longévité.

Lorsque la perte de poids atteint 25% du poids normal, la production de spermatozoïdes se ralentit. S'il reprend du poids, il récupère progressivement ses diverses fonctions.

Des études ont démontré qu'il existait un mauvais fonctionnement de l'hypothalamus chez les coureurs de marathon et autres athlètes très musclés. Leurs concentrations en testostérone sont réduites.

Ainsi on peut constater que la ligne de minceur préconisée par la mode peut être dangereuse pour la santé de la femme.


Publicité
Ce site utilise des cookies
Si vous voulez poursuivre votre navigation sur le site sante-dz.com et ses sites associés, veuillez accepter les Conditions Générales d'Utilisation en cliquant sur Continuer. En continuant votre navigation sans cliquer sur Continuer, vous acceptez automatiquement ces conditions.