Publicité

sante-dz - Conseils - Choléra : toutes les réponses à vos questions

Choléra : toutes les réponses à vos questions
  • Article

Choléra : toutes les réponses à vos questions

Voici quelques renseignements permettant de mieux comprendre ce que représente cette maladie « potentiellement mortelle » mais « facile à traiter ».

Qu’est-ce que le choléra ?

Le choléra est une infection intestinale aiguë due à l’ingestion d’eau ou d’aliments contaminés par le bacille Vibrio cholerae, explique l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). La maladie est responsable d’une diarrhée hydrique majeure dont la gravité est liée à la déshydratation rapide et très importante qu’elle engendre.

« Le bacille produit une entérotoxine qui provoque une diarrhée abondante, indolore pouvant aboutir rapidement à une déshydratation sévère et à la mort du sujet si le traitement n’est pas administré rapidement. La plupart des patients présentent aussi des vomissements », indique l’OMS.

Les épidémies de choléra « se développent souvent dans des contextes de déplacements de population dans des régions en proie au sous-développement et à la guerre », indique quant à lui le site spécialisé Passeport Santé.

Le choléra est-il contagieux ?

Le choléra est une maladie très contagieuse, à transmission fécale-orale. La maladie se transmet par les mains sales ou par contamination alimentaire (aliments souillés) et hydrique (eau contaminée). La phase d’incubation (c’est-à-dire le délai entre la contamination et l’apparition des premiers symptômes d’une maladie) est courte, de moins d’un jour à cinq jours.

Les jeunes enfants, les personnes âgées et les individus avec un système immunitaire fragile sont les plus exposés au choléra.

« En cas de maladie, 80 à 90% des épisodes sont bénins ou modérément sévères et il est alors difficile de les distinguer cliniquement d’autres types de diarrhées aiguës. Moins de 20% des malades développent le choléra typique avec des signes de déshydratation modérée à sévère », précise l’OMS.

 

Y a-t-il un traitement contre le choléra ?

Oui. « Le choléra est une maladie facile à traiter », estime l’OMS, ajoutant « que l’administration rapide de sels de réhydratation orale pour remplacer les pertes liquidiennes permet presque toujours de guérir la maladie

« Le traitement du choléra à compenser les pertes d’eau et d’électrolytes en administrant rapidement au malade des sels de réhydratation (sachet standard de SRO OMS/UNICEF) par voie orale. Lorsque la déshydratation est sévère, la réhydratation se fait par voie intraveineuse et des antibiotiques sont administrés », explique pour sa part le site Passeport Santé.

« Généralement, la rémission débute après quelques heures et est totale après quelques jours », précise la même source.

« Sans traitement, le choléra peut toutefois entraîner rapidement une issue fatale après l’apparition des symptômes », alerte cependant l’OMS, précisant que « c’est cette rapidité qui est à l’origine de la peur qu’a toujours inspirée la maladie et de la paralysie du commerce qu’elle a provoquée ».

« Si de telles réactions ne se justifient plus, le choléra apparaît toujours bien souvent comme une menace mortelle et une maladie très contagieuse qui peut être propagée par les échanges internationaux de produits alimentaires », affirme l’OMS.

Existe-t-il un vaccin contre le choléra ?

Oui. Selon l’OMS, il existe actuellement 3 vaccins anticholériques oraux (VCO) préqualifiés par l’organisation : Dukoral®, Shanchol™, et Euvichol®. Pour les trois vaccins, 2 doses sont nécessaires pour conférer une protection complète.

« Les VCO doivent être utilisés dans les zones où le choléra est endémique, lors de crises humanitaires associées à un risque élevé de choléra et pendant les flambées épidémiques de choléra », indique l’OMS, précisant en outre que « la vaccination doit toujours être mise en œuvre parallèlement à d’autres stratégies de lutte contre la maladie ».

Comment minimiser le risque de choléra ?

Pour se protéger au mieux du choléra, il est recommandé d’utiliser une eau saine (en bouteille, bouillie ou javellisée), de se laver les mains systématiquement après être allé aux toilettes et avant de manipuler des aliments, de ne pas consommer de glaçons (car la bactérie résiste à la congélation), de manger des aliments chauds et bien cuits, et de bien laver, voire même d’éviter les crudités et les fruits.


Publicité
Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site, mais nous ne sauvegardons pas de données personnelles. Continuer.