Publicité

sante-dz - Actualités - Le cancer de la prostate

Le cancer de la prostate

Le cancer de la prostate

(Congrès de l’AUA, 2006)

-    Le dépistage systématique du cancer de la prostate mené depuis 1988 en Autriche chez les hommes de 45 à 78 ans a permis de constater une migration vers des stades moins évolués et une diminution de la mortalité liée justement à cet abaissement du stade de diagnostic autorisant une chirurgie curative.

-    En Irlande du Nord, le registre du cancer comporte un fichier de tous les taux de PSA réalisés dans le pays, relié au fichier des cancers diagnostiqués. L’étude de ces taux en relation avec le registre du cancer, montre que quel que soit l’âge, un taux de PSA < 2 ng/ml était associé à un faible risque de cancer (< 2 /1000/ an).

-    Si la pratique du toucher rectal (TR) est controversée dans le cadre du dépistage du cancer de la prostate, pour OT Okotie le TR doit demeurer un geste de dépistage car son omission ferait méconnaître des cancers potentiellement agressifs mais encore curable alors que le taux de PSA est encore dans les limites de la normale.

-    L’étude PCPT menée par IM Thompson (NEJM 350 : 2239, 2004) avait montré qu’un cancer de la prostate était détecté chez environ 15 % des hommes ayant un taux de PSA < 4ng/ml et un TR normal. Chez 462 patients répondant à ces deux critères, SN Gashti a montré que dans un tiers des cas ces patients présentaient des lésions de haut grade et/ou de stade élevé.

-    Selon J.C. Presti, un taux de PSA entre 4 et 10 ng/ml est un bon test de détection du cancer prostatique puisque dans ce, cas, la valeur prédictive de cancer est de 25 à 68 %.

-    Si pour certains auteurs un taux de PSA > 3ng/ml qui se normalise par la suite ne devrait pas conduire à des biopsies systématiques, pour FC Hamdy un taux de PSA à 3 ng/ml est une valeur suffisante pour déclencher des biopsies sans contrôler de nouveau ce dosage.

-    En Asie, Ng CK considère que le taux de prostatite asymptomatique serait élevé entraînant une augmentation du taux de PSA. Aussi recommande t-il un traitement antibiotique en cas d’augmentation du PSA chez les patients ayant un taux entre 4 et 10 ng/ml et éviter ainsi une biopsie inutile chez ceux dont le taux se normalise après traitement.

-    Selon PJ Bastian, les patients ayant un score de Gleason 8-10 sur les biopsies ont un risque élevé de tumeur localement agressive et sont donc de bons candidats à un traitement associant plusieurs modalités thérapeutiques.

-    selon C. Griffin, le grade des cancers de la prostate de petit volume avec un score de Gleason 3-3 à la biopsie est souvent sous-estimé et la prostatectomie totale est le traitement le plus raisonnable.

-    La variation longitudinale du taux de PSA avec le temps appelée vélocité du PSA (PSAV) est utilisée pour décider de la pratique ou non de biopsies prostatiques. Une PSAV de 0,75 ng/ml/an est en général considérée comme discriminant pour distinguer le cancer de la prostate des maladies bénignes. Dans une étude réalisée chez 36 000 hommes, S. Loeb et WJ Catalona arrivent à la conclusion que chez les hommes de moins de 60 ans , une PSAV > 0,5 ng/ml/an représente un facteur de risque significatif de survenue de cancer de la prostate .

-    Selon l’essai EORTS 22911, la radiothérapie adjuvante après prostatectomie totale, en cas de lésion pT3a/b avec ou sans marge positive, réduit le risque de récidive biologique et locale.


Publicité
Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site, mais nous ne sauvegardons pas de données personnelles. Continuer.