Publicité

sante-dz - Conseils - Les troubles musculo-squelettiques chez les médecins dentistes

Les troubles musculo-squelettiques chez les médecins dentistes
  • Article

Les troubles musculo-squelettiques chez les médecins dentistes

Les médecins dentistes sont fortement affectés par les troubles musculo-squelettiques, qui représentent la première cause d’invalidité et de départ en retraite anticipée.

L’institut national de veille sanitaire (OMS) définit les troubles musculo-squelettiques comme un ensemble d’affections péri-articulaires qui peuvent affecter diverses structures des membres supérieures, inferieures et du dos (muscles, tendons, ligaments….). Ces troubles sont également appelés pathologies d’hyper-sollicitation.

CLINIQUE :

Cliniquement, les TMS vont d’une sensation de douleur et de gêne fonctionnelle à des stades de pathologie avérée : signes d’inflammation, perte de mobilité articulaire et fonte musculaire.

ETIOLOGIE :

Le premier facteur étiologique de ces troubles est d’ordre mécanique, c’est la combinaison des contraintes biomécanique :

1. Gestes répétitifs par un maintien prolongé de posture statique.

2. Par des amplitudes articulaires extrêmes.

3. Par une force appliquée importante.

Et le plus souvent par leur combinaison.

FACTEURS AGGRAVANTS :

1. Facteurs individuels : Age, sexe, état de santé générale.

2. Facteurs environnementaux : le mauvais positionnement du malade. La mauvaise distribution d’instruments et l’exposition à la vibration de haute fréquence.

3. Facteurs psychosociaux : la charge de travail, la relation avec les patients….

CLASSIFICATION DES TMS SELON LES SITES ANATOMIQUES LÉSÉS

  1. TMS de la colonne vertébrale : hernie discale, le syndrome facettaire, dégénérescence des disques vertébraux.
  2. TMS du cou et de haut du dos : syndrome de tentions cervicales, les cordons myalgiques.
  3. TMS des épaules : tendinite de la coiffe des rotateurs.
  4. TMS des coudes : épicondylite, epitrochleite.
  5. TMS du poignet et des mains : syndrome du canal carpien.
  6. TMS des membres inferieurs : tendinite de talon.

 

Des études ont démontré que la plupart des chirurgiens dentistes se plaignent des douleurs musculo-squelettiques les dérangent énormément dans l’exercice de leurs activités quotidiennes, ce qui retenti sur la qualité de la prise en charge de leurs patients, et le confort de ces médecins, les obligeant parfois à retarder, voire écourter les soins et parfois arrêter carrément le traitement.

PRÉVENTION :

  1. Conception et organisation de poste de travail de médecin dentiste qui lui permet d’exercer dans une posture respectant une attitude de travail correcte avec un accès visuel de 25 à 30 cm et un bon agencement du cabinet dentaire qui permet de minimiser les déplacements et facilite les mouvements.
  2. La meilleure méthode de travail est l’alternance des positions assis et debout afin de rompre le blocage musculaire.
  3. Introduire des mini-pauses au cours du travail, ce qui permet de relâcher le cou, les épaules et les mains.
  4. Prévention par l’entretien musculaire : de bonnes habitudes sont à prendre dès le début de la pratique en mettent l’accent sur l’apprentissage des postures les moins contraignantes . Aussi n'hésitez pas à faire des mouvements additionnels au moment des phases de repos (balance régulière du corps, étirer la colonne vertébrale vers l’avant, se lever au moins une fois toutes les demi-heures.

TRAITEMENTS CURATIFS :

  1. Traitements physiques :

Les traitements physiques vont du simple repos au lit à l’entretien physique de corps.

  1. Traitements médicamenteux :

a. Les antalgiques : agissent contre la douleur sont recommandés de façon systémique.

b. Les anti-inflammatoires : largement prescrits pour les pathologies vertébrales.

c. La corticothérapie de courte durée.

d. Les décontracturants.

e. Les infiltrations : traitement de seconde intention, ce sont des injections cortisoniques.

  1. Traitements chirurgicaux :

Réservés aux cas extrêmes lorsque les autres types de traitements ont échoués.

  1. Kinésithérapie :

Ce sont des techniques de massages dans le but de renforcer et de maintenir les capacités fonctionnelles.

Lutter contre les mauvaises habitudes est un apprentissage de tous les jours, à la clef se trouve l’épanouissement de toute une vie.  Donc les médecins dentiste doivent maîtriser les bonnes positions de travail, pratiquer une activité physique régulière, s'aménager des temps de repos suffisants.

Dr. Bettahar Amina


Publicité
Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site, mais nous ne sauvegardons pas de données personnelles. Continuer.