Publicité

sante-dz - Actualités - Lancement d’une étude pour définir l’impact de l’apnée du sommeil sur les accidents de la route

Lancement d’une étude pour définir l’impact de l’apnée du sommeil sur les accidents de la route

Lancement d’une étude pour définir l’impact de l’apnée du sommeil sur les accidents de la route

Le service de pneumologie de l’EHU 1er novembre d’Oran vient de lancer, avec le concours des services de médecine de travail, de la sûreté de wilaya et de la gendarmerie, une étude pour définir l’impact de l’apnée du sommeil sur les accidents de la route, a-t-on appris du chef de ce service médical.

En Algérie, les accidents de la circulation causent plus de 4.000 décès pas an, dont une partie non négligeable est imputable à l’apnée du sommeil, a souligné, à l’APS, le Pr Salah Lellou.

La prise en charge de l’apnée du sommeil étant une spécialité nouvelle en Algérie, peu de données sont disponibles sur sa prévalence et son impact sur les accidents de la circulation, a-t-il expliqué. L’étude vise à réduire le taux de mortalité dû aux accidents de la route, avec des recommandations dont une éventuelle obligation pour les routiers professionnels de subir des contrôles médicaux pour s’assurer qu’ils ne souffrent pas d’apnée du sommeil.

Les études menées dans les pays européens ont montré que la conduite à moitié endormi serait aussi dangereuse que la conduite en état d'ébriété, a noté le Pr Lellou, ajoutant que si les patients sont traités pour l'apnée du sommeil, le risque d'accidents imputable à cette pathologie est considérablement réduit.

Dans certains pays, les maladies du sommeil est à l’origine de 30% des accidents de la circulation, précise encore le même spécialiste, ajoutant que l’objectif du travail de recherche lancé vise, entre autre, à déterminer la part de ces maladies en matière d’accidentologie.

L'apnée du sommeil se manifeste par des arrêts involontaires de la respiration lorsqu’on dort. Ces pauses respiratoires durent entre 10 et 45 secondes et peuvent se reproduire plusieurs fois par heure, provoquant, à la longue, de graves conséquences sur la santé.

Il s'agit de la cause la plus fréquente de la fatigue et de la somnolence diurne excessive. Elle a été liée à des effets négatifs sur l'attention, la mémoire, la vigilance et le fonctionnement exécutif de certains organses.

Les personnes atteintes de ce trouble peuvent être traitées avec une machine qui délivre de l'air sous pression, par l'intermédiaire d'un masque qui se place sur le nez, pour garder la gorge ouverte pendant le sommeil et favoriser ainsi la respiration ininterrompue.


Publicité