Publicité

sante-dz - Actualités - Fertilité : et si on mangeait plus de poisson ?

Fertilité : et si on mangeait plus de poisson ?

Fertilité : et si on mangeait plus de poisson ?

Manger du poisson et des crustacés pourrait favoriser la grossesse ? Si une exposition au mercure est éventuellement dangereuse pour le développement du fœtus, une consommation régulière de poisson et de fruits de mer aurait au contraire un effet positif sur la fertilité selon une étude Américaine.

Les couples qui mangent des fruits de mer ou du poisson au moins deux fois par semaine ont plus de chances de concevoir un enfant. C'est ce que suggère une recherche menée par une équipe américaine entre 2005 et 2009 et publiée en mai 2018 dans la revue The Journal of Clinical endocrinology and & metabolism. L'étude a été réalisée sur 501 couples du Texas et du Michigan. Pendant douze mois, ils ont tenu quotidiennement un journal dans lequel ils inscrivaient leurs habitudes alimentaires et la fréquence de leurs rapports sexuels. Le taux de féconditéa été mesuré avec des tests de grossesse mensuels.

Le pouvoir aphrodisiaque des fruits de mer

Les chercheurs ont remarqué que la fréquence des rapports sexuels était 39% plus élevée lorsque les deux partenaires consommaient du poisson le même jour. De plus, le taux de fécondité était 61% plus élevé chez les couples qui consommaient du poisson plus de 8 fois par mois, avec un taux d'infertilité plus bas de 13% par rapport aux couples consommant moins de poisson. "Nos résultats soulignent l'importance non seulement de l'alimentation des femmes, mais aussi des hommes en période de conception et suggèrent que les deux partenaires devraient incorporer plus de fruits de mer et poisson dans leur alimentation pour un bénéfice maximal de fertilité", souligne Audrey Gaskins , premier auteur de l'étude.

Ainsi, l'étude validerait la croyance populaire sur le pouvoir aphrodisiaque des fruits de mer. De plus, elle valide les travaux d'études antérieures suggérant que manger du poisson, en particulier des acides gras omégas 3, améliore la qualité et la quantité du sperme et les fonctions du cycle ovarien chez les femmes. Il reste à découvrir comment la consommation de poisson peut avoir un effet sur le système reproducteur masculin et féminin. Il est également nécessaire de dresser un bilan des risques et des bénéfices de la consommation de poisson pendant la grossesse. Si pour certains chercheurs, les avantages l'emportent sur les risques, plusieurs études mettent en garde contre les possibles effets neurotoxiques du mercure contenu dans le poisson sur le développement cérébral de l'enfant.

 


Publicité
Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site, mais nous ne sauvegardons pas de données personnelles. Continuer.