Publicité

sante-dz - Actualités - Canicule: Dormir avec le ventilateur allumé peut nuire à votre santé

Canicule: Dormir avec le ventilateur allumé peut nuire à votre santé

Canicule: Dormir avec le ventilateur allumé peut nuire à votre santé

En pleine canicule, le ventilateur semble être le meilleur ami de nos nuits. Mais l’appareil n’est pas forcément sans danger. Il peut même être mauvais pour la santé lorsqu’il est utilisé toute la nuit, avertit le docteur Mark Reddick sur le site spécialisé The Sleep Advisor.

Selon lui, les ventilateurs peuvent avoir un effet asséchant sur les personnes endormies. L’air brassé risque de dessécher la peau, la gorge mais aussi les yeux – un effet problématique pour ceux qui dorment avec leurs lentilles de contact.

Nez bouché, mal de tête, douleurs musculaires

La sécheresse peut aussi s’étendre aux sinus. L’organisme sécrète alors du mucus en grande quantité pour compenser la déshydratation, et l’on se réveille avec les nez bouchés ou des maux de tête. Le ventilateur projette aussi des particules de poussière ou de pollen – un phénomène plus qu’indésirable pour les allergiques et les asthmatiques.

Dernier risque, et pas des moindres : les problèmes musculaires au réveil. Plus le ventilateur est proche du corps pendant la nuit, plus le danger de se réveiller avec des douleurs et des raideurs musculaires est important.

Des avantages aussi

Reste que les ventilateurs permettent de traverser la canicule un peu plus sereinement et pour un coût limité. L’objet permet une bonne circulation de l’air et produit des bruits blancs, fréquences auditives que certains apprécient beaucoup pour s'endormir.

Pour ceux qui ne peuvent et ne veulent pas se passer d’un ventilo, Mark Reddick conseille des modèles équipés d’une minuterie. Une manière de dormir au frais sans subir les désagréments d’une nuit entière près de l’appareil.


Publicité
Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site, mais nous ne sauvegardons pas de données personnelles. Continuer.